Assurance : Croire en mes capacités et mon potentiel, reconnaître et accepter que je suis capable de faire aboutir mon projet… et le réaliser !

 

Attention : Quand elle ne nous fait pas défaut, on la porte,
on la prête, on l’attire, on la capte, on la garde. On l’ouvre ou
on la ferme même parfois. Autant de manipulations pour un objet pourtant si fragile, qui définit la capacité de notre mental à se concentrer sur une chose à la fois – idéalement celle
qui correspond à notre intention initiale.

Selon notre forme du moment, nos dispositions et notre entraînement, elle peut se faire flottante dans un entretien
ou clignotante en réunion. Plus rarement, elle fait totalité, quand nous parvenons à éviter sa dispersion (vous avez toute mon attention).

Cultivée avec le Soi, elle devienne synonyme de prudence
et de bien- être. Attachée à l’autre, elle balance entre
la méfiance et le soin.

 

Certitude : le pire ennemi de la vérité, ce n’est pas le mensonge, c’est la certitude (Friedrich N.)

 

Chemin : Il est au cheminant ce que la scène est au comédien, ne prenant forme et sens que sous les pas du marcheur.

Ce dernier l’arpente, tantôt confiant qu’il le mène sur la bonne voie pourvu qu’il y reste (le bon chemin), tantôt en découverte des « accidents » de parcours qui s’y présentent (chemin faisant).

En cela, il ne se tient jamais très loin de notre histoire personnelle. Comme le suggère Antonio Machado, la notion
de chemin ne se conjugue qu’au passé et au présent – Au futur,  il n’est que direction à prendre : « Marcheur il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant. »

 

Confiance : Etre en confiance : au regard de la prise de contact avec mon coach, je me sens prêt (e) à lui confier en toute transparence, mes envies, mes besoins, mes espoirs, mes rêves les plus fous… Faire confiance : Accepter qu’un(e) professionnel(le) puisse me guider et me faire accoucher d’un projet que je n’aurais jamais cru réalisable !

 

Connexion : A chaque instant, je peux être connecté avec mon interlocuteur, ou je peux être déconnecté.

Si je suis connecté, tout est possible : c’est l’univers de
la création, du jeu, de la joie, de la magie, des réalisations improbables.

Si je ne suis pas connecté, l’univers qui surgit est très différent : au mieux « cause toujours », au pire « va mourir ». (Albert M.)

Découverte : Extension de l’espace des possibles, de la liberté de penser et de compréhension du monde..

« le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à le voir avec de nouveaux yeux (Marcel Proust) »

 

Dépassement : Oublier ne pas savoir faire

 

Dépassement de soi : Croire en soi, vaincre ses peurs et s’épanouir en pleine conscience de « ce qui est bien et bon pour moi "

 

Empathie : Prendre le point de vue des autres tout en restant soi-même.  Réponse affective et capacité cognitive à prendre la perspective de l’autre.(Berthelot 2004).

L’eau de source du vivre ensemble.

 

Envie : En vie, besoin d’être, soif de savoir, désir d’action, volonté de transformation. Énergie de prise en main de
son destin, énergie du vivant.

 

Lacher-prise : En ouvrant la main vers le haut, c’est
une libération, un envol. En ouvrant la main vers le bas,
c’est un « laisser-tomber »

 

Masque : Nous traversons la vie derrière nos masques
de protection. Que se passe-t-il lorsque nous renonçons

au masque ?

 

Objectif : Comme adjectif, se dit de ce qui se rapporte

àun objet précis, stable et factuel, par opposition à la notion
de sujet, plus floue et changeante.

Faites en un nom et vous ne serez pas loin du but. A ceci près que l’objectif est ce vers quoi on agit, quand le but est ce vers quoi on se déplace.

Instrument téléologique par excellence, l’objectif est du registre du faire. Il peut finir ainsi par piloter nos vies agitées en quête de réassurances et se faire plus pressant ou à minima encombrant pour ce qui est de notre savoir être.

A consommer donc avec modération si l’on veut vivre
et non pas simplement agir…

 

Ouverture : juste un pas de côté

 

Des mots qui nous inspirent,

qui parlent de nous ...